cheap michael kors bagsray ban outletdiscount pradacheap michael korsdiscount ray ban sunglassescheap louis vuitton handbags>
Share →
Il aura fallu 32 ans pour que mon père batte son record personnel!

Il aura fallu 32 ans pour que mon père batte son record personnel!

C’était sur le lac Frontière en septembre 1982 que mon père avait capturé son plus gros maskinongé. Il faisait 42″. Depuis, l’apogée de l’ensemencement a passé, l’augmentation de la pression de pêche et le peu de remise à l’eau ont fait en sorte que de telles prises sur ce plan d’eau sont très rares. Bien que la remise à l’eau gagne en popularité, l’amélioration de la qualité de pêche sur le lac Frontière risque de prendre encore quelques années. Alors pour lui, espérer battre son record personnel sur le lac Frontière est du domaine du rêve.

Chaque année quand mes parents viennent me visiter j’amène mon père à la pêche en espérant lui en faire prendre un gros. Avec lui j’ai pris un 35″ une fois et il y a deux ans on avait eu une belle sortie où j’avais pris une 49 1/2″. Puis l’automne dernier, avec le guide Patrick Therrien, on avait fait une journée de 4 maskinongés, mais aucun d’eux ne brisait son record personnel.

Samedi le 11 octobre dernier on remettait ça. On a mis le bateau à l’eau vers 7h45 et je nous ai dirigeai vers le premier secteur de pêche. Après deux passes de traîne rien ne bouge, alors on change de secteur. À la deuxième passe de traîne j’entends un gros splash venant de l’arrière du bateau. Je me retourne et je vois aussitôt qu’une des cannes est bien courbée et le fil déroule. Fish on! C’est la canne muni d’un moulinet Corvalus dont le cliquetis n’est pas très bruyant, c’est pourquoi nous n’avions pas entendu l’attaque plus tôt. J’abandonne les commandes du bateau pour prendre la canne en main car mon père n’est pas encore très familier avec le fonctionnement des supports à canne Down East. Je mets le bateau au neutre et je passe la canne à mon père qui ne se fait pas trop prier. Aussitôt il m’annonce que ça tire fort. J’avais aussi ma petite idée que ce n’était pas une zezette.

Le maskinongé livre un solide combat. Il passe d’un coté à l’autre du bateau, replonge sous le bateau deux fois à la vue de l’épuisette. Mon père apprécie. Moi je commence à avoir hâte qu’il soit dans l’épuisette car il n’a qu’un seul hameçon au coin de sa gueule et il ne semble pas tenir à grand chose. Mais j’arrive enfin à le faire entrer dans l’épuisette. Le sourire de mon père vaut 100$!

Le maskinongé fait 47″ bien mesuré. Mon père peine à le tenir. Il doit s’asseoir et le coller sur lui pour le tenir comme il faut. Son imperméable est enduit de limon pour le reste de la journée!

Il est 8h40 et déjà on a une super belle prise! On continu la pêche, mais l’action se fait attendre ensuite. Vers 12h15, “fish on” encore mais à peine ai-je le temps de prendre la canne que le maskinongé se décroche. On l’a très bien vu par contre. Les deux autres pêcheurs que l’on croisait au moment l’ont aussi très bien vu. Ça devait faire dans les 37-38″. Mais bon ça arrive.

Vers 13h00 mon père commence à avoir sa journée dans le corps. Je passe donc à la descente pour qu’il s’en retourne chez moi en marchant et l’ami Louis-Philippe monte à bord pour le remplacer. Louis-Philippe et moi on a pêché le reste de l’après-midi. Dès le début j’ai eu un petit “rip” sur ma canne et un peu plus tard j’ai pris ce petit 29″ qui m’a laissé quelques séquelles. J’ai voulu faire mon fin en le décrochant à l’eau avec mes mains, mais il s’est mis à se débattre. Un des trépieds s’est piqué profondément dans mon pouce pendant que le maskinongé se débattait comme un diable accroché à un autre trépied du leurre. J’avais hâte que ça arrête. La prochaine fois ça sera les longues pinces assurément.

Un petit 29" qui a laissé des séquelles...

Un petit 29″ qui a laissé des séquelles…

C’était une belle journée ou j’ai fait contact avec 4 maskinongés, capturé deux d’entre eux dont la belle grosse bête de mon père. Il aura fallu 32 ans à mon père pour qu’il améliore sa marque personnelle. L’an prochain on y va pour le 50″!

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas

Dimanche dernier j’ai pêché de 9h30 à 16h30 avec Mario. Guillaume est venu nous rejoindre en après-midi. Cette fois c’était pas mal plus tranquille au bout des cannes. Seul un beau brochet à mordu sur la canne de Mario dans toute la journée. Il ventait fort c’était difficile de faire de la traine de précision.

Tagged with →  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *