cheap michael kors bagsray ban outletdiscount pradacheap michael korsdiscount ray ban sunglassescheap louis vuitton handbags>
Share →

Samedi dernier j’ai fait une sortie tôt le matin avec mon ami. Il faisait très frais. On a commencé avec le secteur #2 au lancer. Rien. Puis nous nous sommes dirigé vers le secteur #1 en commençant à pêcher à la traine bien avant le secteur #1.

Je trainais avec un Beleiver sur l’anneau “shallow” puis j’ai décidé d’essayer avec l’anneau qui fera plonger le leurre un peu plus profondément. Je venais juste d’étendre la ligne que j’ai ressenti 3 ou 4 violents coups dans ma canne. J’ai souvent pêché à la traine et je sais la différence entre une attaque et de l’herbe. Ça ce n’est pas de l’herbe. Je dit à mon ami: “j’en ai un”! Mais je suis assis dans le sens du bateau et ma position ne me permet pas vraiment de ferrer. Le temps de stopper le moteur et de me retourner, j’essaie de le ferrer et plus rien. Il est parti. Mais l’adrénaline elle est encore bien là ouf…

Ensuite je croyais avoir fait une fausse alerte mais j’ai continué à pêcher ce leurre pendant 4 heures dans les mêmes profondeur et jamais je n’ai revu ce genre de comportement. C’était une attaque de maskinongé j’en suis certain. C’est encourageant.

BullDawg

BullDawg

Dans l’après-midi je me suis rendu à Oka voir Michel Baslé à la boutique l’Attirail pour qu’il arrange quelque chose de brisé sur mon moulinet. Encore une fois Michel n’a pas été avare de conseils. Il m’a expliqué comment bien utiliser le BullDawg: au lancer comme un gros Jig. Selon ses conseils je péchais peut-être des secteurs un peu trop profonds pour ce temps ci de l’année.

Je vais essayer le BullDawg dans les fosses de la Grande-Rivière-Noire-Nord-Ouest à Lac Frontière cette semaine. Des nouvelles à venir.

Dimanche prochain je participe à un tournoi d’achigan sur le Lac Saint-Louis.

Tagged with →  

2 Responses to Une attaque

  1. Gerry (pluton) says:

    Salut Pierre 😉

    Super cette attaque 😉
    Mais tu dis : Le temps de stopper le moteur et de me retourner, j’essaie de le ferrer et plus rien. Il est parti…
    Tu n’aurais pas dû arrêter les gaz…
    J’arrête les moteurs lorsque le musky a été ferrer au moins une fois par le pêcheur. Pour moi, y’a trois ferrages… (# 1 : le moteur qui n’arrête pas, # 2 : le pêcheur qui sort la canne et ferre sans que le moteur arrête, et là…# 3 si tout va bien, j’arrête les moteur et le pêcheur ferre encore une dernière fois…sans jamais laisse du mous… voilà ma devise pour cette petit section très importante de la pêche au musky 😉
    Bonne chance encore mon ami 😉

  2. Pierre says:

    Merci Gerry pour ces conseils! Ça fait bien du sens et je vais les mettre en pratique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *