cheap michael kors bagsray ban outletdiscount pradacheap michael korsdiscount ray ban sunglassescheap louis vuitton handbags>
Share →

J’ai quitté le travail plus tôt cette après-midi parce que j’avais prévu aller pêcher ce soir. Le front froid du weekend dernier étant derrière nous, le temps était nuageux et quelque peu incertain. Parfait pour la pêche au maskinongé selon moi. Je ne sais pas, mais ce soir je sentais que ça pouvait être bon. Quoique je pense pas mal tout le temps ça quand je pars à la pêche…

C'est le mieux que j'ai pu faire comme photo avec le retardateur de ma caméra.

C'est le mieux que j'ai pu faire comme photo avec le retardateur de ma caméra.

J’ai débuté la pêche seul, car mon compagnon de pêche n’était pas prêt. Moi je n’en pouvais plus d’attendre. Je suis tout de suite retourné sur le secteur de lundi dernier. J’ai fait du lancer difficilement dans le vent et j’ai accroché mon hélice neuve sur une roche encore. Heureusement juste des égratignures. Puis j’ai changé de secteur et je suis passé à la traîne. Un nuage de pluie s’approchait, je pouvais voir les trombes d’eau s’approcher.

Dix minutes plus plus tard, rendu au “spot on the spot” de la structure, sous la pluie, zzzzzzzzzzzz!!! J’ai pu expérimenter pour la première fois de rentrer seul un maskinongé de bonne taille. Mon épuisette géante est difficile à manoeuvré, mais après 2 tentatives ratées j’ai trouvé comment il fallait faire. J’ai mis l’épuisette à l’eau et je l’ai accroché à l’un des supports à cannes. Ensuite à deux mains j’ai pu guider le maskinongé de 40″ dedans. J’ai rapidement pris une photo avec le retardateur de ma caméra. Ce n’est pas la meilleure photo, mais dans les circonstances c’est très bon. Le poisson a mis environ deux minutes à récupérer et il est reparti en bonne forme.

Mario s'est fait interrompre son appel téléphonique par ce maskinongé.

Mario s'est fait interrompre son appel téléphonique par ce maskinongé.

Remis de mes émotions, j’ai passé prendre mon partenaire Mario. On s’est remis sur le même pattern. Vingt minutes plus tard, alors que Mario était en conversation téléphonique avec sa conjointe, sa canne se courbe sous deux violentes secousses. La conversation téléphonique a pris fin dans les secondes qui ont suivies. Nous avons eu de la difficulté à le passé à l’épuisette. Le vent et l’orientation du bateau ne nous ont pas aidés. Mais on a fini par le sécuriser dans l’épuisette. Notre mesurage sommaire dans l’eau donnait 35 pouces. Une photo rapide et le maskinongé a été gracié. J’ai fait un vidéo de la remise à l’eau avec ma caméra qui résiste à l’eau.

On a terminé la soirée en essayant de capturer quelques dorés, mais le vent nous rendait la tâche difficile. Je suis très content de ma soirée. Deux maskinongés en moins de deux heures de pêche! Ce que je retiens principalement de mes dernières sorties de pêche au maskinongé c’est que ce n’est pas tout d’avoir les bons “spots”, les bons leurres, les bonnes techniques. Il faut surtout pêcher quand c’est le temps. La lune, le vent, le moment de la journée et surtout la météo jouent pour beaucoup dans le succès de pêche au maskinongé. Du moins dans mon cas.

Tagged with →  

4 Responses to Pêcher quand c’est le temps

  1. Yvon says:

    Félicitation Pierre

    Toujours aussi intéressant de lire ton blog, lâche pas

    Yvon

  2. Pierre says:

    Salut Pierre,
    De bonnes sorties Musky pour toi depuis quelques temps.
    Bravo. C’est bien mérité. Bien hâte à septembre !!
    Pierre

    • Pierre Masson says:

      Merci Pierre! Je commence à comprendre. Tranquillement. J’espère que ça va durer!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *