cheap michael kors bagsray ban outletdiscount pradacheap michael korsdiscount ray ban sunglassescheap louis vuitton handbags>
Share →

Dimanche dernier j’ai eu mon baptême de pêche à l’alose savoureuse. En écoutant le DVD de la première saison de Pêche en Ligne j’avais vraiment accroché sur l’émission sur la pêche à l’alose. Avec mon nouveau bateau je me suis dit que je pourrais bien aller essayer ça!

Une belle grosse alose avec la centrale hydroélectrique Carillon en arrière-plan.

Une belle grosse alose avec la centrale hydroélectrique Carillon en arrière-plan.

Je m’étais informé à gauche et à droite à des amis sur ce qu’il fallait faire pour que tout se passe de manière sécuritaire, parce qu’aux pieds d’un barrage hydroélectrique il y a du beaucoup de courant. On est parti à 4h30 dimanche matin. En route on a vue deux dindons sauvages et un chevreuil. Ça promettait! Vers 5h30 le bateau était à l’eau. Rendu près du barrage, il y avait déjà 5-6 bateaux d’ancrés. L’un d’entre eux était justement nos amis Daniel et Martin de Pêche en Ligne qui tournaient des séquences pour une émission. On a décidé de s’ancrer pas trop loin d’eux. On a eu quelques difficultés à s’ancrer et à apprendre à contrôler le bateau dans ce courant, mais on a finalement réussi à le faire. Plus tard dans la journée après avoir vu d’autres bateaux dériver, percuter d’autres embarcations, passer dans les lignes ou la corde d’ancre de d’autres pêcheurs, je trouvais nos manoeuvres du matin pas si mal pour des gars qui en étaient à leur première expérience à l’alose au barrage de Carillon.

Nous étions ancrés à environ 50′ de Daniel et Martin. Assez près pour pouvoir se parler sans problème. Mais nous avons appris qu’à l’alose, 50′ pouvait faire une grosse différence. Daniel, son fils et Martin devaient avoir pris au moins 40 aloses pendant que nous, nous en n’avions pris que 4. C’était ridicule. Ils y allaient de doublés et triplés à répétition pendant que nous comptions les bateaux. Puis une place s’est libérée juste à coté d’eux et Daniel nous a fait signe de venir s’y installer. Nous étions un peu incertain sur nos capacités à accomplir le déplacement sans complication. Finalement on a fait ça comme des pros et 5 minutes plus tard le festival d’alose commençait vraiment pour nous.

Mario avec une de nos nombreuses captures!

Mario avec une de nos nombreuses captures!

Mario et moi avons perdu le compte de nos captures rendu dans la vingtaine. On a dû en attraper entre 30 et 40. Nous avons remis à l’eau toutes nos prises. C’était vraiment super comme première expérience. L’alose est un poisson très combatif. Il faut la combattre avec délicatesse et avec de l’équipement léger parce que sa bouche est très fragile. Si on force un tant soit peu la récupération, on perd le poisson. Ce qui donne lieu à de beaux combats qui en viennent à être fatiguant pour les bras du pêcheur. Mais on ne s’en plaint pas!

Vers 12h30 ça mordait encore de façon régulière, mais nous avons décidé que nous en avions assez. J’ai adoré mon expérience et j’y retournerai l’an prochain c’est certain. L’alose est encore là pour quelques temps encore, mais je vais en faire un rendez-vous annuel. Merci à Daniel et Martin de Pêche en Ligne pour leurs conseils et leur aide!

Voici des trucs à retenir que j’ai appris lors de cette sortie:

  • Pour bien contrôler le bateau dans le courant il faut regarder autant derrière que devant car on dérive très rapidement.
  • Il faut une bonne ancre (25 lbs de préférence) montée avec une chaîne et une longue corde. La mienne a fait l’affaire, mais plus lourd aurait été mieux encore.
  • Il est mieux d’utiliser des cannes dont l’action est souple. J’avais un lancer léger avec ma canne rigide pour pêcher à la jig. C’était un peu raide. L’an prochain je vais prendre ma canne à moucher.
  • Il faut se lever tôt si on ne veut un bon emplacement et ne pas importuner d’autre pêcheurs.
  • Comme me l’ont bien expliqué Daniel et Martin, il n’est pas nécessaire de ferrer. Il faut laisser l’alose se prendre d’elle même. Le courant fait le reste.
  • Il faut garder à l’oeil les autres bateaux en déplacement. Certains n’ont pas toujours la pleine maîtrise de leur embarcation.
  • Sous le ventre de l’alose, vers l’arrière, il y a comme une arête coupante. Je l’ai appris à mes dépends lors de ma première capture.
  • L’alose c’est gros! Bien plus gros que je pensais. La majorité des poissons font plus de 3 livres.
Tagged with →  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *