cheap michael kors bagsray ban outletdiscount pradacheap michael korsdiscount ray ban sunglassescheap louis vuitton handbags>
Share →

Pour m’occuper durant la saison morte j’ai décidé de fabriquer des leurres à maskinongé. J’ai donc fait ma liste de suggestions de cadeaux de Noël en conséquence et le Père Noël a bien voulu m’offrir un petit tour à bois.

Mon premier leurre fait à la main.

Mon premier leurre fait à la main.

Je veux faire des leurres tournées parce que je pense que c’est plus facile à faire que les modèles “wire through” dont il faut sculpter le corps. Ça je laisse ça à Yvon Grisé. Résultat c’est effectivement facile de reproduire un leurre sur un tour à bois. Mon modèle est le Leo Riffle Runner. J’ai dû commandé des anneaux qui se vissent et des bavettes de métal chez Rollie et Helen.

Mon premier essai s’est soldé par un échec. Le tournage du leurre s’est bien déroulé, mais à la fin j’ai essayé de couper les angles le long de la jointure avec une scie (botteuse) et la scie a mordu dans la petite pièce de la queue et elle a éclaté en morceau. J’ai réalisé que ca pouvait être dangereux parce que j’avais les doigts pas très loin de la scie pour tenir la pièce.

Mon leurre avant la peinture.

Mon leurre avant la peinture.

Mais je ne me suis pas découragé et le lendemain je remettais ça. J’ai réussi le tournage encore mieux et cette fois j’ai fait les angle avec du papier sablé et de l’huile de coude. Le résultat est beaucoup mieux et surtout c’est beaucoup plus sécuritaire. Je vais devoir me procurer une sableuse sur banc si je veux me simplifier la vie. Bien que je n’aie pas testé le leurre à l’eau pour voir s’il nage bien, je suis très content du résultat avant la peinture de mon premier prototype. Si je me lance dans la fabrication de plusieurs leurres semblables, cette partie est pratiquement au point.

Pour la peinture, je ne dispose pas pour le moment d’un aérographe (airbrush) qui est l’outil essentiel si on veut être un tant soit peu sérieux dans la fabrication de leurre. Mais avant de m’équiper d’avantage, je voulais voir si je pouvais arrivé à faire quelques leurres avec de la peinture en aérosol (canettes de peinture en “spray”). J’ai donc acheter une canne d’apprêt blanc, une canne de noir, de or et une orange. J’ai acheté aussi une canne de “clear” pour la finition.

J’ai volontairement omis l’étape d’imperméabilisation du leurre (“seal”). qui se fait avec un mélange d’Epoxy et d’alcool de bois. Parce que je n’avais pas le produit et que j’étais trop pressé de voir moi leurre peint. Mais je sais ce qu’il faut faire et quand je me lancerai dans la production plus sérieuse c’est une étape que je ne négligerai pas. Si j’avais imperméabilisé mon leurre je crois que ma peinture aurait été beaucoup meilleure parce qu’à certains endroits la peinture a pénétré le bois plus qu’à d’autres.

L’application des différentes couleurs s’est relativement bien déroulée. J’ai fabriqué un stencils avec du papier construction pour les rayures. Je crois pas qu’on puisse faire beaucoup mieux avec des cannettes de peinture en aérosol. C’est très peu précis et le gouttelettes sont grosses. Rien à voir à ce que l’on peut obtenir avec un aérographe. Quant au fini “clear”, même après 7 ou 8 couches le résultats n’est pas aussi bon que si j’avais utilisé de l’epoxy à séchage lent ou Devcon avec un tour à séchage. Encore une fois, j’étais à la première étape de prototypage et je ne voulais pas investir trop de temps dans la construction d’un tour de séchage et je ne disposait pas des produits nécessaires. Chaque chose en son temps.

J’ai surtout pas beaucoup de place pour la fabrication. Je n’ai pas d’atelier. Juste 2 petits cabanons non chauffés et pleins à craquer. Alors c’est difficile de m’embarquer sur une plus grosse production. Pour l’instant je vais me contenter de tourner des leurres. Quand j’en aurai une dizaine de prêt, je vais préparé l’étape du peinture avec beaucoup plus de minutie.

Entre temps, je suis très satisfait de mon premier leurre. La peinture est un peu grossière, mais je suis certain que les maskinongés n’y verrons que du feu. D’ici juin prochain je veux disposer de quelques spécimens de ma création. Merci à Yvon Grisé pour les conseils et à Sam pour cet article très instructif.

Tagged with →  

4 Responses to Un premier leurre fait à la main

  1. Yvon Grisé says:

    salut Pierre

    Belle job

    pour sceller ton leurre, tu aurais très bien pu utilisé ton clear en canne, ^ca aurais surement fait la job

    • Pierre Masson says:

      ouais.. je croyais que le primer serait suffisant. Mais le résultat est quand même bien. Peut-être ne se conservera-t-il pas très longtemps à cause de ça?

  2. Super premier leure !! Mon premier était loin de ce résultat, félicitation !

    Un article étape par étape de la manière dont tu t’y prends (une fois quelle sera bien établie) serait très intéressant 😉

    • Pierre Masson says:

      Merci Sam! Oui certainement que je vais revenir sur le sujet. Si j’ai bien réussi à mon premier essai c’est qu’il y a des gens comme toi qui ont partagé leur méthode. Il y a de bon videos sur Youtube aussi! a+!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *