cheap michael kors bagsray ban outletdiscount pradacheap michael korsdiscount ray ban sunglassescheap louis vuitton handbags>
Share →

J’ai beaucoup négligé le blog dernièrement. En fait je viens de me rendre compte qu’il s’agit là de mon premier billet en 2016. Ce n’est pas que j’ai négligé le blog vraiment, c’est plutôt que j’étais vraiment occupé sur d’autres fronts.

En effet, le debut d’année a été très occupé pour moi en tant que président du chapitre de Montréal de Muskies Canada. D’abord il y a les tâches habituelles du debut d’année de coordonner et planifier avec le comité les événements et rencontres de la saison. Mais cette année nous avons une mission supplémentaire, celle de participer et faciliter l’etude du MFFPQ sur la gestion du maskinongé au Québec. Comme je l’ai déjà mentionné sur plusieurs tribunes, l’étude vise à établir un portrait des populations de maskinongés dans les différents plan d’eau du Québec. L’étude s’intéressera entre autre à identifier les habitats de reproduction du maskinongé dans le secteur du lac Saint-Pierre pour mieux éventuellement les protéger ou les aménager. Pour se faire il faudra capturer des maskinongés, leur implanter des émetteurs et suivre leurs déplacements.

Le biologistes du MFFPQ nous ont demandé si nous pouvions les aider d’abord à levé des fonds pour compléter l’enveloppe budgétaire du projet et nous avons livré la marchandise.

Le chapitre de Montréal contribuera financièrement à l’étude pour une somme de 2000$. Ce financement a été relativement facile à obtenir. Mais je voulais que le projet soit reconnu par le tout Muskies Canada et que l’organisme aussi participe financièrement à l’étude. Au cours des 3 derniers mois j’ai passé beaucoup de temps à présenter l’étude à mes confrères des autres chapitres et du comité national. Mes efforts ont portés fruit puisque lors de l’assemblée générale annuelle de Muskies Canada à Peterborough en février dernier nous avons approuvé à l’unanimité un budget qui alloue une somme de 3000$ provenant des fonds de Muskies Canada.

De plus, suite à ma présentation du projet les représentants du chapitre d’Ottawa nous ont offert une participation de 500$ pour l’étude!

J’en espérais pas autant. Je m’étais dit que si nous pouvions réunir autour de 4000$ initialement pour l’étude ça serait déjà mission accomplie. Or c’est plutôt 5500$ que Muskies Canada versera pour la réalisation de l’étude. Je suis très content du support que nous avons reçu et je suis surtout très fier de faire parti de Muskies Canada. Je suis super motivé devant cette nouvelle implication du chapitre de Montréal. C’est notre mission première. Nous sommes au maskinongé ce que Canards Illimités est pour la sauvagine. J’ai vraiment l’impression qu’on est dans la bonne voie pour améliorer et protéger la ressource. L’étude s’inscrit dans une gestion de poisson trophée. Selon les résultats obtenus, il est possible que ça débouche vers des modifications à la réglementation, limite de taille, restauration ou protection d’habitat, etc. Enfin, les bottines suivent les babines!

Cette année au chapitre de Montréal nous allons nous efforcer d’amasser encore plus d’argent pour financer la suite de l’étude qui s’étendra jusqu’au printemps 2019. Pour l’instant, on ne sais pas encore tout les détails des autres modes de participation de nos membres à l’étude, mais tout sera surement plus clair suite au meeting du mois de mars qui aura lieu le 9 mars prochain. Les biologistes du MFFPQ seront sur place pour nous parler de l’étude.

Vous aimeriez contribuer de près ou de loin à l’étude? Juste en devenant membre de Muskies Canada vous y contribuerez déjà! Alors n’attendez plus! Venez au meeting mercredi prochain et devenez membre ou faîtes-le maintenant en ligne! Vous pouvez également faire un don à la fondation Muskies Canada pour le Québec. Vous recevrez alors un reçu pour fin d’impôts.

Chaque hiver j’ai besoin de m’occuper à quelque chose pour faire face au manque de la pêche et rester sain d’esprit. Fabriquer des leurres, fabriquer des bump boards, pêcher sur la glace sont des activités qui font passer l’hiver, mais cet hiver, mon implication envers l’étude sur la gestion du maskinongé m’a vraiment occupé à quelque chose de positif et de gratifiant. Mais j’ai quand même très hâte au mois de juin…

Tagged with →  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *