cheap michael kors bagsray ban outletdiscount pradacheap michael korsdiscount ray ban sunglassescheap louis vuitton handbags>
Share →

En anglais on parle des pêcheurs de maskinongé comme étant des “musky hunters”. Des chasseurs. Je ne comprenais pas vraiment le lien jusqu’à hier. La comparaison prend tout son sens quand on pense aux chasseurs de gros gibier! Le chasseur d’orignal peut être 2,3,4 saison sans même voir un orignal sur 4 pattes et pourtant chaque automne il y retourne. Il y retourne dans l’espoir de voir sortir un gros buck dans le buché. Si il tue c’est comme gagner une médaille d’or aux Olympiques.

Il faut donc aborder la pêche au maskinongé de la même façon que la chasse au gros gibier. Il faut plusieurs voyages bredouilles pour un voyage dont on se rappellera longtemps. Attraper 3-4 dorés au cours d’une sortie est surement plus amusant que se faire mourir les bras avec des leurres à maskinongé, mais à la fin de la saison de quelle sortie de pêche allons nous parler? Celle des 3-4 dorés où celle où ce monstre de 48-50 pouces qu’on tient à bout de bras sur une photo avec un sourire éclatant?

Toute cette belle sagesse envers la pêche au maskinongé m’a beaucoup été inspirée entre autre de Marc84, F.Ratelle et Saumon Sociable qui ont participé à cette discussion sur le forum de Québec Pêche.

Comme Marc84, Muskie Mart est une source d’inspiration et de persévérance. S’il peut attraper 9 maskinongés en une journée dont 3 ont plus de 50″, il y a de l’espoir pour que j’en attrape un de temps en temps.

Un gars comme Saumon Sociable m’encourage aussi à continuer. Voilà un gars qui a persévéré et le fruit de ses effort a été récompensé dernièrement.

Mais comme une journée de pluie à la chasse à l’orignal, c’est facile d’avoir des périodes de découragement quand on s’attaque au maskinongé. Comme samedi dernier. Après une couple d’heures de pêche au lancer je veux me reposer les bras un peu et je décide de pêcher à la traine le long d’une ligne d’herbe (secteur #1). Mon leurre s’accroche dans le potamot et le support à canne casse net. Ma St.-Croix de 350$ dans le fond du lac. Là je me disais que j’allais tout vendre le reste et lâcher cette obsession ridicule pour aller jouer au golf. Puis je vois le leurre jaune flotté à la surface. Je le récupère et retouve ma canne à l’autre bout. Abandonner? Qui a parlé d’abandonner?

Tagged with →  

2 Responses to Le gros gibier

  1. Francois.Du.Nord says:

    Bonne chose de SA que votre attrait a flottée sur la surface de sorte que vous ayez pu rechercher votre tige. Quant à l’anéantissement de la chasse : J’ai eu deux ans dans une rangée quand je n’ai pas obtenu un poisson, et n’ai pas obtenu un jusque tard en à l’année 3. Et je pêche dans le bateau ou les mêmes taches que mon type de frère et mon ami étroit et maîtrise la marque musquée d’homme. Mais je pêche de grandes eaux de pêche, de même que font vous. Poissons didn’ de trophée ; t obtiennent à cela grand être sourd-muet. Continuez à travailler, vous obtiendra vos poissons !

  2. Pierre Masson says:

    Merci Francois.Du.Nord pour vos encouragements, conseils et votre effort de communiquer en français!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *